Un projet d'art collectif très touchant (juillet 2014)

VALEUR AJOUTÉE = IMPACTE POSITIF

 

Je  suis un artiste, et comme tout artiste qui se respecte, j'essaie d'apporter une ‘’valeur ajoutée’’ dans ce monde à travers les œuvres que je produis. N’est-ce pas là le but de toute personne avec même une once d'altruisme qui coule dans ses veines?

 

Appart les nombreux projets GénieArt dans les écoles à travers la province, pour gagner ma croute, j'ai appris à diversifier mes activités en offrant des ateliers de renforcement d'équipe (Team building) basés sur les arts visuels. Je les nomme projets d’art collectif. Bien sûr, nous savons tous que la créativité n'est pas la propriété exclusive du monde artistique. Toutefois, par le biais de ces projets collectifs, j'invite les gens dans mon monde dans l'espoir que l'expérience favorisera la créativité dans le leur... quel qu'il soit. Ces activités sont extrêmement gratifiantes pour moi et j’estime que les œuvres d'art qui en résultent sont beaucoup plus significatives et précieuses que ce que je pourrais bien produire par moi-même.


L'histoire débute pendant une session de téléphone durant laquelle je contacte des entreprises en offrant mes services de « Teambuilding ». Pendant l’un de ces appels, comme je décrivais mes services, la cliente (Debbie McLaughlin, avec les cosmétiques Mary Kay), m'a demandé si je pourrais faire cela pour un party d’avant-mariage. En fait, elle m'a dit que cela ferait un beau cadeau pour son nouveau mari car elle n'avait aucune idée de ce qu'elle pourrait bien lui offrir. Par la suite, nous nous sommes rencontrés pour discuter des détails du party qui allait avoir lieu quatre jours plus tard.


Entre-temps, elle a dû admettre sa mère dans un centre de soins palliatifs. Une de ses sœurs, Bonnie, a décidé de monter la garde avec sa mère. Lorsque je me suis présenté à la fête, vous pouvez sûrement imaginer que la mariée n’avait pas l’air festif auquel je m'attendais. En lui voyant le visage, j'ai pensé que le mariage avait été annulé ou qu’on ne voulait plus de moi, ou quelque chose du genre. Puis elle m’a raconté les détails. Elle m’a alors demandé (c'est ici que ça devient vraiment extraordinaire) si «j’aurais l’obligeance» de visiter sa sœur et sa mère et de leur faire plier leur segment de cuivre afin de les inclure toutes les deux dans le projet d'art collectif. Bien sûr, j'ai immédiatement accepté de le faire. Le plus drôle, c’est qu’elle pensait que je lui rendais un service. Je lui ai dit que ce serait un honneur pour moi de le faire, ce qui était assurément le cas. Je me suis rendu au chevet de la mère et sa fille au centre de soins vers 19 h, et elle est décédée le lendemain matin vers 3 h.


C’était merveilleux! La dernière chose que ma cliente à était capable de faire avec sa mère, c'était de produire une belle œuvre d'art, débordant d'émotion positive. En voilà un, un IMPACT POSITIF! Je suis tout simplement heureux d'avoir eu la chance et l'honneur d’en faire partie.


Cette histoire sert à souligner un point important : que nous soyons médecin, fonctionnaire, homme politique ou artiste, je crois que nous sommes ici pour valoriser le monde qui nous entoure en la capacité qui nous convient le mieux. Et chaque fois que nous avons la possibilité de le faire, nous avons un devoir de le faire avec dignité et dans le respect d'autrui. Le prix que nous facturons pour les biens/services que nous fournissons n’est qu’un point de départ... pas le but final.